VOUS VOULEZ ARRETER DE FUMER MAIS VOUS NE VOULEZ PAS GROSSIR ?

Vous craignez de prendre quelques kilos,car vous savez que c’est assez fréquent durant la période de sevrage tabagique ?

  • Tout d’abord, rassurez-vous : la prise de poids est souvent modérée et n’est pas une fatalité.

  • Ensuite, pensez que vous ne pouvez pas vous priver de tout, alors n’entamez pas un régime trop strict qui risque de provoquer des carences et surtout d’ajouter une frustration : vous mobilisez déjà toute votre énergie pour réussir votre sevrage !

La bonne idée ?

Un coupe faim naturel qui vous permettra de contrôler votre poids facilement et sans contrainte... tout en conservant le plaisir de manger !

Arrêter de fumer est une aventure difficile.

Chaque cas est différent.
La crainte de grossir est une préoccupation majeure pour les fumeurs désireux d'arrêter de fumer (et plus spécialement pour les femmes). C'est d'ailleurs une des premières causes de rechute...

Qu'on ne se voile pas la face, ce risque est réel.
Ainsi, deux tiers des ex-fumeurs prennent du poids à l'arrêt de la cigarette et ce phénomène est plus important chez la femmes que chez l'homme. Mais heureusement, il existe des moyens de prévenir ces kilos superflus.

La cigarette a un effet coupe-faim
La nicotine contenue dans le tabac favorise une légère perte de poids. Elle augmente les dépenses énergétiques de 6% au repos et de 12% à l'effort. Autrement dit, pour un même niveau d'activité, le fumeur brûle davantage de calories que le non-fumeur.

D'un autre coté, l’arrêt du tabac provoque :
  • Une diminution des besoins énergétiques de 20 % environ,
  • Un besoin de compensation orale du geste d’allumer une cigarette,
  • La redécouverte des sensations gustatives et olfactives (qui étaient anéanties par le tabac),
  • Une augmentation de l’appétit (arrêt de l’effet "coupe faim" du tabac).
Les effets de l'arrêt du tabac
A l'arrêt du tabac, la diminution des dépenses énergétiques est estimée à 200 calories par jour chez un sujet modérément actif. Quant à l'augmentation de la prise alimentaire, elle se situe autour des 300 calories. C'est donc contre un excédant quotidien de 500 calories que vous allez devoir lutter.

L’ancien fumeur a tendance à manger plus (en quantité) et à grignoter.
Aussi, on constate, dans les 2/3 des cas, une prise de poids moyenne de 3 kg en l’absence de mesures diététiques appropriées.

Si vous avez déjà une petite surcharge pondérale, il est judicieux de prévoir d’abord une perte de 2 à 3 Kg avant le sevrage et non pas pendant, afin d’éviter une trop grande nervosité. Ainsi, vous pourrez arrêter de fumer en douceur, car il est inutile et dangereux d'apporter des frustrations et du stress supplémentaires pendant l'arrêt du tabac.

Il faut, en moyenne, 2 à 3 mois pour que l’équilibre métabolique se rétablisse.

Pendant la période de sevrage au tabac, respectez ces quelques recommandations :
  • Préférez les cuissons sans graisse et limitez la quantité de matière grasse d'assaisonnement
  • Evitez les excitants : café et thé en trop grande quantité, qui augmentent la nervosité, ainsi que les mets trop épicés.
  • Ne sautez pas de repas et fractionnez, si possible, votre alimentation en 3 repas par jour et 2 à 3 petites collations (dans la matinée, l'après midi ou la soirée).
  • Buvez 2 à 3 litres d’eau par jour, répartis en petites quantités à la fois, sous forme d’eau plate ou gazeuse, tisane, bouillon de légumes, éventuellement de boissons "light".
  • Consommez des légumes verts en grande quantité afin de satisfaire votre appétit. Ces légumes peuvent être consommés crus, cuits ou en potage.
  • Augmentez votre activité physique. Le sport est un excellent anti-stress, il permet d’évacuer les tensions, notamment la nervosité liée au sevrage tabagique.
Et surtout, ne grignotez pas entre les repas !
Vous tomberiez dans une spirale infernale dans laquelle vous allez vous mettre à dévorer de plus en plus d’amuse-gueules et de confiseries.
Arrêter de fumer est donc une décision frustrante et vous devrez combler cette frustration par la pratique d’activités différentes afin de ne pas manger plus qu’avant.

Car la gestuelle est très importante pour le fumeur et il conviendra d’ occuper vos doigts par des activités autres que la prise de nourriture.
D'où l'intérêt de prévenir les symptômes du manque par des traitements pharmacologiques, tels que des produits coupes faim. Ces produits ont l’avantages de prévenir vos pulsions alimentaires présentes en début du sevrage. Le temps pour vous d'adopter une hygiène de vie plus saine qui limitera votre prise de poids.